1. Être un n-ième couteau de l'UMP mais avoir des rêves de gloire, se réveiller le matin du 18 novembre 2013 en ne se sentant plus pisser, découvrir qu'un type vient de blesser grièvement par arme à feu quelqu'un au siège du journal Libération, et twitter une ignoble connerie profonde sur un compte mentionnant «Responsable UMP de la ville de Chaville».
  2. Voir dans les secondes qui suivent des réactions évidemment outrées
  3. Commencer à publier des tweets disant que (je cite) le tweet de départ a été mal compris, qu'il a même été détourné !!!
  4. Voir la twittosphère exploser, encore une fois évidemment...
  5. Protéger son compte twitter pour que plus personne sauf les followers ne puissent lire les conneries. Surtout ne pas poster d'excuses. Ne rien reconnaître. Une fois qu'on a la tête dans la merde, on ne doit plus sentir l'odeur.

La gestion de crise, cher Monsieur Julien Nicolai de l'UMP de Chaville, ça commence par éviter de raconter absolument n'importe quelle connerie débile au seul prétexte de vouloir exister politiquement, c'est aussi d'arrêter de croire que l'existence politique ne passe que par la communication. Si vous cherchez un coach en gestion de crise, j'ai une experte internationale à vous recommander. La « responsabilité », cela doit passer par ça aussi, même à l'UMP. À bon lecteur...