Ceci est une lettre ouverte à la connasse profonde, tarée majeure, qui m'a grillé une priorité en roulant à 80 km/h en zone 30 ce jeudi 20 novembre à 08h38 au croisement entre la rue Jeanne D'Albret et la rue Rouget de Lisle à Saint-Germain en Laye.

Chère connasse pressée,

Je me tamponne que votre fils soit en retard à l'Institut Notre-Dame de Saint-Germain en Laye (où vous l'avez déposé sous mes yeux) ou pas, qu'il soit en retard par sa propre faute, la vôtre ou celle des embouteillages. J'attends de pouvoir quitter mon domicile et rejoindre mon lieu de travail sans avoir à entrer en collision latérale mortelle avec une furie demeurée dans votre genre.

Si je n'avais pas laissé - ce que je fais toujours - traverser une enfant sur le passage piéton, si cette seconde de ralentissement ne m'avait pas été accordée par le destin ce matin, je serais entré sur ce croisement au moment où vous avez grillé la priorité parfaitement signalée par un panneau et une ligne au sol et vous seriez morte, votre fils serait mort, tous deux encastrés à grande vitesse dans le côté droit de mon véhicule. Je serai moi-même fort probablement en assez méchant état, vu la vitesse délirante à laquelle vous rouliez.

Vous n'avez aucune excuse : vous empruntez très certainement ce chemin plusieurs fois par semaine et vous saviez pertinemment qu'il y avait là une priorité, vous saviez parfaitement que cette priorité est dangereuse, vous saviez parfaitement que vous êtiez à proximité d'établissements scolaires en zone à vitesse limitée puisque vous alliez y déposer votre fils.

Vous avez sciemment mis en danger au moins trois personnes pour quelques minutes de retard au bahut et il s'en est fallu aujourd'hui de peu que le retard de votre fils ne se transforme en absence définitive. Rien ne peut justifier votre comportement potentiellement suicidaire et meurtrier et ces quelques lignes sont bien peu cher payé.

Je vous méprise, espèce de crème d'andouille à un pourcent de matière grise.