• je suis littéralement estomaqué par l'absence totale d'analyse journalistique sérieuse concernant les « 60% d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur » promis par François Hollande. Il s'agit pourtant d'un élément majeur, indicateur fort d'une modification profonde de la France et son évolution probable. On aurait donc, si on reprend les 80% de bacheliers, 60% d'une classe d'âge « à un niveau d’enseignement supérieur », 20% au niveau bac et 20% en-dessous. On dessine là une nouvelle redistribution de classes pour la France, bien loin d'une réindustrialisation du pays. Il faut rapprocher cela de la politique thatchèrienne des années 1980, et il s'agit clairement d'un aveu sur des prévisions pessimistes sur l'industrie française, avec un axe fort sur les prestations intellectuelles et les services, ou sur une réindustrialisation basée sur une production en dehors de l'hexagone. Et pourtant, aucune réaction de la presse, des syndicats, des économistes. Je suis effaré.
  • Joëlle Ceccaldi-Raynaud aurait donc hérité 102 kilos d'or - et quelque menue monnaie - de sa grand-mère qui était institutrice en Corse. Balaise, la grand-mère... Je suis sûr que de nombreux instituteurs, corses ou continentaux, voudraient connaître sa recette. Moi aussi, d'ailleurs...
  • Aaaah le bôôô débat sur la dictée et toussa. Rappelons la lettre ouverte de Laurent Lafforgue lors de sa démission fracassante du Haut Conseil de l'Education. On n'apprend pas en s'amusant, on apprend en rabâchant, encore et encore, dans la douleur. Il a bien entendu entièrement raison. À part notre évidente folie de geeks, sommes-nous traumatisés par les dictées de notre enfance ? Non. Sommes-nous enclins à considérer une candidature qui serait remplie de fautes d'orthographe et/ou de grammaire ? Non. Trouvons-nous que la gamine présentée hier soir au journal de France 2 comme « ayant fait des études de Droit » et qui écrivait « complissité » soit un digne résultat pour l'Éducation Nationale ? Ohlala non. Il faut changer de braquet, penser différemment. Je rappelle aussi cet article édifiant paru il y a quelques années dans la Presse, et relatant un jeune instit normand qui rendait visite à un collègue d'un village voisin. Alors que ses propres élèves étaient mauvais en français et calcul, ce village voisin avait des résultat exceptionnels. En fait, l'autre instit était un vieux de la vieille, qui avait décidé que les règles et méthodes imposées par l'EN étaient des conneries et faisait comme il avait toujours fait, comme lui-même avait appris. Et cela marchait du feu de Zeus, avec une population socio-économiquement strictement identique. Nous en sommes, depuis la Loi Haby, à quarante années d'expérimentation débridée, et souvent contre-productive. Il est temps de finir le boulot, d'arriver à des conclusions, et les appliquer de façon stable dans un seul but : l'éducation de nos enfants. Halte aux changements de programme poussés à chaque changement de Ministre...
  • CloudWatt et Numergy, clap de fin. Comme prévu depuis le premier jour, en tous cas par moi. L'État a injecté là-dedans en pure perte des fortunes alors qu'on aurait pu avec la même somme créer quelques milliers d'entreprises dans le secteur du Numérique. J'ai honte.
  • 19 septembre 2015, le nouveau logo de la Gendarmerie Nationale reste toujours affreux.
  • Nicolas Sarkozy regrette donc, partiellement si on lit bien ses propos, son « Casse-toi, pauv'con ». On y croit autant qu'à la grand-mère de Ceccaldi-Raynaud comme source de 102 kilos d'or.
  • Ah la belle réaction de la communauté sur l'affaire Ahmed Mohamed, ce gamin geek arrêté pour avoir amené son kit électronique d'horloge à l'école. Obama, Zuckerberg, Google, la NASA, le MIT, tout le monde se l'arrache. Mais quand on parle investissements, il reste compliqué d'obtenir du funding même minime sur de la technologie pure alors qu'un service de mise en relation sur le web récolte des centaines de millions de dollars.
  • The Apprentice. Presque onze ans de succès aux USA, un vrai succès en Grande-Bretagne, un flop retentissant en deux semaines en France. « Les spectateurs ont rejeté le concept » qu'ils ont dit. Vous savez quoi ? Malgré tous ses défauts que l'on connaît tous, j'aime ce pays :-)