Il y a vingt ans, un vote du Usenet francophone aboutissait à la création de nouveaux newsgroups modérés, fr.emplois.offres et fr.emplois.demandes, dont j'étais le premier modérateur. J'avais posé des règles de base très simples pour que les offres d'emploi présentent des informations obligatoires minimales pendant que les demandes restaient totalement libres. J'avais également mis en place, avec mon collègue Vincent Gillet qui devint plus tard le second modérateur, des formulaires en ligne garantissant un formalisme similaire à toutes les offres. Chaque matin, je commençais ma journée en publiant les annonces des 24h précédentes.

Certes, une à deux fois par semaine, il y avait un pauvre con qui gueulait comme un putois contre ces règles et même de temps en temps contactait ma hiérarchie à EDF pour se plaindre. La dite-hiérarchie avait l'intelligence de poubelliser... Il reste que le résultat dépassa toutes les espérances... En seulement quelques années, fr.emplois.* aida 38 000 (oui, trente huit mille...) personnes à trouver un job. Ce chiffre doit être certainement fortement augmenté car je n'ai de statistiques que pour ma propre période de modération et pas celle de Vincent.

Un jour, alors que j'étais invité au Sénat pour un raout quelconque et que je tombais par hasard sur la Directrice de l'ANPE, je lui ai proposé de lui donner (je dis bien donner) fr.emplois.* pour passer une échelle très nettement supérieure. Elle m'a écouté deux secondes, m'a répondu froidement que l'ANPE vait aussi ses propres systèmes puis m'a tourné le dos et est partie. J'ai eu un sentiment de gachis immense, causé par l'arrogance sans borne du haut fonctionnariat. Si un pauvre gugusse tout seul dans mon genre pouvait aider des dizaines de milliers d'entreprises et d'individus à se trouver, qu'aurait pu faire une petite organisation de quelques personnes hébergées par l'administration en charge de cela ? Une révolution numérique en la matière.

Vingt ans plus tard, l'ANPE est quasiment totalement absente de la recherche d'emploi électronique. Je ne connais aucune entreprise ni aucun demandeur d'emploi qui ne peste pas contre la complexité et l'inefficacité de leur site Web. Quel dommage, quelle opportunité ratée...