On vient de me demander sur twitter ce que je pensais de l'initiative ministérielle d'introduire la programmation dès l'école primaire. Je vais vous expliquer ci-dessous pourquoi je suis assez mal placé pour répondre, malgré toutes les bonnes raisons que vous imaginez que je pourrais avoir :

  • quand j'ai moi-même commencé à coder, pas un seul autre élève de mon collège parisien n'avait jamais même vu un ordinateur. Je dis bien vu. Aujourd'hui, les enfants sont familiarisés avec les tablettes, les consoles et souvent les ordinateurs depuis leur plus jeune âge, et cela change tout.
  • j'étais très en avance et donc l'âge auquel j'ai moi-même commencé la programmation ne peut être significatif
  • je suis tombé dedans comme Obelix dans la marmite de potion magique, cela a été une vocation dès la première minute. Je ne peux donc être représentatif et mon opinion est forcément fortement biaisée.

Ceci dit, on sait désormais que :

  • même les très jeunes bébés sont capables de tout apprendre, y compris la langue des signes à six mois
  • que le cerveau enfantin, de TOUS les enfants, est une éponge d'une magnitude que l'on commence seulement à soupçonner
  • qu'un des frein majeurs à l'apprentissage des mathématiques est l'absence de construction logique

En théorie, je serais donc plutôt favorable à la mesure. MAIS il ne faut pas oublier le reste :

  • une proportion tout simplement hallucinante d'élèves sortent du primaire avec un niveau de français et de calcul TRÈS insuffisant pour le collège. Apprendre à programmer, c'est la cerise sur le gâteau. Or le gâteau est d'une qualité de plus en plus mauvaise et je crois qu'il faudrait focaliser sur la qualité du gâteau avant de penser à fignoler le glaçage.
  • un élève totalement infoutu de calculer de tête des choses simples aura du mal à visualiser une réflexion algorithmique même triviale
  • en plus pure théorie, je me demande bien qui va assurer ces cours de programmation. Les CAPES ne font pas le plein, les profs ne sont plus formés et on leur balance des nouveautés à assurer pratiquement sans qu'ils soient mis à niveau. On compte sur qui, là ? Des informaticiens débutants payés au SMIC mais sans expérience pédagogique ? Des profs de maths qu'on n'aura pas le temps de former ?

Donc toujours en théorie, je reste favorable à la mesure. En pratique, je crois que l'École a d'autres chantiers bien plus urgents que mettre en place une nouvelle usine à gaz. L'initiation à la programmation me semblerait bien plus pertinente en classe de 4ème.