• les options politiques de Fillon commencent à foutre la trouille à son propre camp. Avec une telle rupture ultra-libérale, il risque fort de ne pas faire le plein de voix dans son propre camp, Les Républicains. Son considérable score de la primaire, c'est tout d'abord des CSP+ et retraités cathos et ensuite de l'anti-sarkozisme. C'est inextrapolable à l'élection générale.
  • l'aréopage de cathos plutôt réacs (anti-mariage pour tous, anti-avortement, anti-contraception, mais tout ça "à titre personnel" hein...) me fait penser à l'emprise du Tea Party sur les Republicans américains. On se croirait en 1955.
  • cela me fait également penser à la catastrophe induite par le même Tea Party... Décomposition des Republicans, attaques contre la Science, virage religieux et extrême-droitier, et finalement sélection et élection de Trump qui avait dit que s'il devait se présenter, il le ferait sous les couleurs Républicaines car les électeurs de ce parti sont les plus bêtes
  • je pense donc que faute de rassemblement, Fillon est assez loin d'être élu et il a raison de tempérer l'enthousiasme de ses troupes.
  • si Fillon perd, sa carrière sera terminée et les Républicains seront explosés. Ils seront mûrs pour une offensive des derniers Buissonistes, Wauquiez et autres djeunz à la limite de l'extrême-droite. Comme le Tea Party. Les Républicains se rendront également compte, trop tard, que Juppé était mieux placé pour le rassemblement. La Primaire aura du plomb dans l'aile.
  • en 2022, on aura alors deux extrême-droites présentes à l'élection présidentielle. L'une officielle, l'autre cachée.